En parler… Déclic de début ou clap de fin?

Holà les 🍑🍑

Étrange article pour Journal d’une tatouée 😁😁

Eh oui… Je n’écris pas que pour le tatouage… Énormément d’autres sujets passes sous les touches de mon clavier…

J’ai décidé de les publier sur le site… Pourquoi ? vu que ça n’a pas de rapport au Tattoo ? Parce que je pense que les sujets que j’aborde mérite qu’on en parle. Et puis, parce que je veux vous partager mon travail. (Et aussi parce que je fais un peu ce que je veux sur mon site 😂)

Nan sans plaisanter… J’aime m’intéresser à plein de sujet, écrire est une passion… alors j’ai juste envie de partager ça avec tous ceux que ça intéressera ❤

En fait, c’est suite à plusieurs discussions avec des personnes de tous horizons, mais qui ont vécu la même chose que moi, que cette idée d’article m’est venu…

Je vais tenter d’en parler sans faire du putaclic… Sans mélodrame…

Un sujet qui est de plus en plus abordé un peu partout… De manière parfois juste, et parfois abusive.

Donc les p’tits 🍑 … Parlons agression sexuel/viol… Ou plus précisément, « l’après viol »

Étrange entrée en matière ?

Oui, c’est un choix !

Pour la simple et bonne raison c’est qu’il faut arrêter d’en parler comme-ci il y’avait un embargo sur le sujet …

Voir même pire, en parler comme-ci c’était normal.

Hey oui, parce qu’au final c’est soit tout l’un soit tout l’autre… À croire qu’on ne sait pas faire dans le juste milieu 😑

Enfin, je me rends compte que la parole se libère et ça par contre c’est plutôt c’est génial, mais elle se déverse en torrent plus qu’elle n’apporte en sagesse parfois.

Et honnêtement, (à titre purement personnel) je ne vois pas en quoi ça peut aider que de balancer sur les réseaux sociaux « balancer votre porc », dénoncer vos agresseurs etc etc

J’entends parfaitement que ça ait pu aider certaines.

Mais malgré l’atrocité qu’est de vivre un viol, balancer des noms sur les réseaux sociaux ne résout en rien le traumatisme et le travail qu’il reste à faire.

Se servir des réseaux sociaux pour faire passer des messages fait partie des choses les plus géniales qu’on puisse faire avec.

Mais il y a une manière de faire qui sera beaucoup plus constructive sur le long terme, que de balancer sa rage une journée et la renforcer à rester dans la haine.

Je pense qu’il faut que ça soit accompagné par un vrai travail. Dénoncer doit se faire dans un self-control total. Ce qui implique d’avoir accepté (ou en partie) ce qui nous est arrivé et avoir compris que le problème ne vient pas des victimes (on a beau le dire et le savoir… La culpabilité est là, que ça soit par le fait de ne pas s’être défendu par peur, de pas en avoir parlé par suite… ou d’autres raisons)

Que ça reste une étape pour libérer sa parole… Oui… Bien que je pense que maintenant, beaucoup de choses sont dites et soi-disant assumées sur les réseaux… Mais, ne sont en réalité, absolument pas intégrées psychologiquement.

Nous sommes dans une ère où il est plus facile d’écrire un post Facebook et de balancer en se donnant l’illusion que c’est l’étape qui va permettre de guérir… Alors que le problème, est à mon sens, pris à l’envers, et ça empêche de se mettre réellement face à soi…

Et les dérives en sont grandes.

Comme cet article sur lequel j’étais tombé il y a maintenant un moment (1 an) ou Catherine Millet (Ecrivaine) osait dire « J’aurais aimé avoir été violée pour montrer aux femmes qu’il est possible de s’en sortir »… mais… WTF !!

2019_04_03_14_18_22_Catherine_Millet_s_explique_sur_son_regret_de_ne_pas_avoir_été_violée_et_va_e.png

(image cliquable si tu veux aller lire )

Je vous laisse le lire… Perso je me suis assez révolté en lisant ça. Je trouve ça ignoble et vide de sens.

Alors pourquoi je me positionne clairement… Parce que je suis une ancienne victime de viol. (oui ancienne, parce que cet acte ne me définit pas! Je ne suis plus une victime!)

Et par mon expérience, et pour en avoir parlé à d’autres femmes et conjoints … Je sais qu’entre le dire… Et l’accepter y’a un monde…

Je dirai même qu’il y a un univers contenant plusieurs mondes !

Dans ce qui va suivre, après cette mise en jambe, qui risque d’en faire réagir plus d’un et d’une, sur le fait qu’il ne soit pas d’accord avec ma prise de position…

Je ne parlerai que de MA propre expérience, de mes ressentis et de mon parcours.

Car nous sommes trop différentes pour que je puisse en faire un article d’analyse qui résume ce par quoi nous passons toutes.

Et je ne prendrais pas le risque que certaines femmes, hommes ou conjoint(e)s puisse se sentir exclu de ce que je décris et penser qu’ils sont seul(e)s dans leur détresse.

J’ai juste expliqué mon avis sur le fait que, balancer sur les réseaux sociaux n’est pas forcément constructif pour tout le monde et ne fais pas avancer le travail à faire sur soi.

Encore une fois… j’expose un avis très personnel.

Parlons donc plus précisément de l’après viol.

Parler de l’acte pour sensibiliser c’est bien ! C’est même indispensable (mais attention à la manière dont le sujet est abordé pour sensibiliser)

Mais est-ce vous savez ce qui se passe réellement dans la tête et dans le corps d’une victime ?

Je ne rentrerai pas dans les détails de ce qui m’est arrivé.

Déjà parce que ce n’est pas le sujet, et parce que je l’ai déjà fait dans le premier article de mon blog « Journal d’une tatouée » où j’expliquai d’où venait l’histoire de mon tatouage sur le bras gauche. Donc si vous êtes curieux … Je vous laisserai aller voir

2019_04_03_14_20_19_Au_commencement_Journal_d_une_tatouée.png

(image cliquable si tu veux aller lire )

L’horreur est passé… Je suis debout. Je ne suis pas morte… Du moins je ne le suis pas physiquement.

Mon âme, par contre, a foutu le camp.

Bizarrement, pendant les jours qui ont tout de suite suivi, je n’avais pas cet énorme traumatisme que l’on peut avoir, ou du moins ce qu’on peut s’attendre à avoir.

C’est plus tard que les maux sont apparus.

D’abord paniqué quand on m’approchait… Puis agressive.

Je ne compte plus les fois ou en pleine nuit je suis partie m’enfermer à double tour dans la salle de bain, le dos contre la porte, le cœur qui battait à tout rompre parce que j’avais entendu un bruit dans la maison.

Sûrement un des chats… ou même juste mon imagination.

J’en parle toujours à personne… Et le temps passe.

Je fais des cauchemars.

Mes crises de panique commencent à disparaître.

Mais elles partent pour laisser place à une nouvelle mutation de défense.

Les hommes deviennent des ennemis… Et moi je deviens une veuve noire.

Je sais que je fais plus que mon âge… Et malgré le peu d’attention que mérite mon géniteur… La seule chose que j’ai retenue de lui, à cette époque, c’est se servir de son physique pour avoir ce que l’on veut… (super philosophie hein ? 👍🖕😑)

Je suis en mode vengeance.

La seule chose qui me soulage, c’est de créer des conflits.

Des messages assassins pour un rien. Une sortie qui me contrarie parce que je ne veux la personne que pour moi, je souligne la moindre erreur pour qu’elle devienne un reproche et mettre la personne en tors.

Je souffre, car j’ai l’impression qu’on ne me comprend pas et je ne cesse de le reprocher.

Mais qui pouvait comprendre alors que mes actes étaient incompréhensibles et contradictoires ?

Je suis exigeante, beaucoup trop même.

Bien évidemment, durant ces années, je suis pas consciente de ce que je fais, du schéma que je mets en place, pour moi c’est le monde qui ne va pas.

Je suis persuadé d’être amoureuse, et je suis persuadé qu’ils me font du mal.

Ce n’est que bien des années plus tard que je mets un terme à ce comportement destructeur.

Pas sans perte… Malheureusement, j’ai causé des dégâts dont je vais en payer les conséquences…

Et c’est en payant mes conneries que j’ai compris…

Pendant des années j’ai été incapable de parler.

Quand j’ai commencé à pouvoir me confier, ce n’était que le début de mon cheminement.

Il a fallu que je réapprenne ce qu’étais les rapports normaux entre un homme et une femme.

Je me suis rendu compte qu’une Femme ne se résumait pas au simple fait d’être soit une castratrice soit une soumise.

Quand j’ai fini par reprendre confiance en moi, j’ai rencontré un homme, ou plutôt, j’ai été réceptive à son discours au lieu de le rejeter.

C’était un de mes profs de licence.

Il nous donnait des cours sur le « moi », ou comment se connaître et reconnaître ses valeurs pour en ressortir le meilleur, et ne prendre que le positif de chaque situation, même des pires.

Cet homme a totalement transformé ma vie.

En réalisant qui j’étais vraiment, j’ai fait ce que je pensais impossible depuis 15 ans.

J’ai pardonné à mes bourreaux.

J’ai pardonné pour me libérer, j’ai pardonné pour vivre.

Je me suis ouverte sans retenue.

Et c’est presque impossible de réussir à décrire ce que j’ai pu ressentir ce jour-là.

Je n’ai pas changé… Je me suis retrouvé !

Et depuis ce jour, je sais ce que c’est qu’aimer.

Mais vraiment aimer… Sainement, sereinement.

Se réjouir du bonheur des autres.

Rayonner, voir à quel point le bonheur est contagieux.

Alors à vous toutes… À toutes ces femmes qui tentent de survivre à cette horreur…

Vous avez le droit de souffrir, vous avez le droit de dire à quel point tout ça vous fait mal…

Mais vous êtes debout… Vous êtes en vie ! Et vous méritez d’être heureuse !

Battez-vous ! Faites-le pour vous !

Je n’ai pas abordé le sujet des conjoints… Vaste point d’ailleurs…

Eh oui parce qu’il faut bien l’avouer, être l’amoureux d’une femme brisée dans sa chair, est loin d’être évident.

Subir les changements d’humeur.

Garder son calme face à des situations qu’ils ne comprennent pas.

Tenter la communication, la remise en question, l’énervement, la compréhension, l’ignorance… Et voir que rien ne marche car sa belle souffre toujours

À ça, il n’y a pas 15 solutions… C’est à elle de passer son cap… Attendre son déclic… Trouver la personne qui pourra l’aider à l’avoir est aussi possible.

Il vous faudra une sacrée dose de patience.

Chaque femme est tellement différente, qu’il est loin d’être simple de l’aider à le trouver.

La rassurer est indispensable. Mais réussir à le faire, sans tomber dans l’excès et sans vous pousser à bout, est compliqué.

Je n’apporterai aucune solution dans cet article, parce que je n’en ai pas.

Mais Mesdames et Messieurs les conjoints… Sachez que vous êtes loin d’être seul, et pas les premiers à passer par là.

Ouvrez-vous… N’hésitez pas à aller au contact des personnes qui sont passé par ce chemin.

Parce que même si ça ne n’apporte pas la solution sur un plateau… Ça peut vous aider à voir les choses autrement.

Parfois, on pense que la situation est bloquée, alors que vous êtes tout prêts … Et qu’il suffit juste qu’on vous aide à retirer le bandeau qui vous cache la lumière.

Vous méritez d’être heureux… Ne le gâchez pas.

Ne laissez pas des personnes de votre passé ruiner votre bonheur avenir.

C’est en se relevant que vous avancerez plus vite par la suite.

Redécouvrez la force immense que vous avez.

 

Eh ben voilà les p’tits 🍑 🍑 …

Je sais pas si j’ai réussi à être objective et avoir réussi à bien expliquer.

Mais toujours est-il que je reste persuadé que la haine nous bouffe plus qu’elle ne nous aide à avancer.

Un article qui ressemble plus à une confession et un passage de vie.

Mais voilà… C’est un exemple… Mon humble exemple de ce qui peut arriver.

Et surtout… Les effets incroyablement bénéfiques qu’apporte la rencontre de bonnes personnes quand on apprend à faire entrer le positif, et une remise en question.

J’espère n’avoir par trop blablaté… (même si j’en vois un au fond en train de roupiller 😂)

Voilà… Je clôture officiellement ce passage de ma vie…

Aujourd’hui c’est bonheur et projets !

Avant de vous laisser pour aujourd’hui, je voulais rajouter une chanson qu’un ami m’a fait connaître quand je lui ai parlé de mon histoire (Merci JP)… Elle s’y prête et elle est pour tous ceux qui se battent contre des démons qui les bouffent au quotidien.

 

Je vous mets la traduction que j’ai trouvé sur lacoccinelle.net

The fighter
La combattante

I don’t need you to save me
Je n’ai pas besoin de toi pour me sauver
I don’t need you to cure me
Je n’ai pas besoin de toi pour me guérir
I don’t need you
Je n’ai pas besoin de toi
And your antidote
Et de ton antidote
For I am my disease
Car je suis ma maladie

I don’t need you to free me
Je n’ai pas besoin de toi pour me libérer
I don’t need you to help me
Je n’ai pas besoin de toi pour m’aider
I don’t need you
Je n’ai pas besoin de toi
to lead me through the light
Pour me guider à travers la lumière
For I will always fall
Car je tomberai toujours 

And rise again
Et me relèverai encore
Your venomous heroine
Ta venimeuse héroïne
‘Cause I’m a survivor
Parce que je suis une survivante
Yeah, I am a fighter
Oui, je suis une combattante

I will fall and rise above
Je tomberai et surmonterai
And in your hate I find love
Et dans ta haine je trouve l’amour 
‘Cause I’m a survivor
Parce que je suis une survivante
Yeah, I am a fighter
Oui, je suis une combattante

I will not hide my face
Je ne cacherai pas mon visage
I will not fall from grace
Je ne tomberai pas de la grâce
I’ll walk into the fire, baby
Je marcherai dans le feu, bébé
All my life I was afraid to die
Toute ma vie j’ai eu peur de mourir
But now I come alive inside these flames
Mais maintenant je viens vivante à l’intérieur de ces flammes

You don’t want me to love you
Tu ne veux pas que je t’aime
You don’t want me to need you
Tu ne veux pas que j’ai besoin de toi
You don’t want to look at me,
Tu ne veux pas me regarder
For you will turn to stone
Car tu te retrouveras en pierre

You don’t want me to hurt you
Tu ne veux pas que je te fasse mal
You don’t want me to bite you
Tu ne veux pas que je te morde
You don’t want me
Tu ne veux pas de moi
Or my aching soul
Ou de mon âme douloureuse 
For I will only fall
Car je tomberai seulement

And rise again
Et me relèverai encore
Your venomous heroine
Ta venimeuse héroïne
‘Cause I’m a survivor
Parce que je suis une survivante
Yeah, I am a fighter
Oui, je suis une combattante
I will fall and rise above
Je tomberai et surmonterai
And in your hate I find love
Et dans ta haine je trouve l’amour
‘Cause I’m a survivor
Parce que je suis une survivante
Yeah, I am a fighter
Oui, je suis une combattante

I will not hide my face
Je ne cacherai pas mon visage
I will not fall from grace
Je ne tomberai pas de la grâce
I’ll walk into the fire, baby
Je marcherai dans le feu, bébé
All my life I was afraid to die
Toute ma vie j’ai eu peur de mourir
But now I come alive inside these flames
Mais maintenant je viens vivante à l’intérieur de ces flammes

I don’t need you to save me
Je n’ai pas besoin de toi pour me sauver 
‘Cause I’m a survivor
Parce que je suis une survivante
Yeah, I am a fighter
Oui, je suis une combattante

I will not hide my face
Je ne cacherai pas mon visage
I will not fall from grace
Je ne tomberai pas de la grâce
I’ll walk into the fire, baby
Je marcherai dans le feu, bébé
All my life I was afraid to die
Toute ma vie j’ai eu peur de mourir
But now I come alive inside these
Mais maintenant je viens vivante à l’intérieur de ces flammes
‘live inside these
Je vis à l’intérieur de ces..
‘live inside these flames
Je vis à l’intérieur de ces flammes
En savoir plus sur https://www.lacoccinelle.net/1240570-in-this-moment-the-fighter.html#LYHu43tDAEqZ6PCw.99

 

Alors Maintenant… À VOUS !

😘🍑❤<3

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s