Enfant e’s’t bourreau…

Hey Coucou les Inked People… (pff va vraiment falloir que je réfléchisse… Comment vous appelez? Nan parce-qu’à chaque fois ça part en couille… Ou sinon je vous appelle « Les gens »… )

 

L’histoire du tattoo aujourd’hui, concerne Marianne.
Une magnifique future maman que j’ai rencontrée grâce à la page « les_jolies_françaises_tatouées » (sur instagram… Vous allez me dire décidément elles viennent toutes de la… bah… pour l’instant ouais… haha ! Et franchement, je regrette pas d’avoir tapé la discute avec l’admin de cette page qui, en plus d’être adorable, m’a fait rencontrer des femmes géniales).
D’ailleurs, je profite de cet article, les filles, pour vous dire, ne vous inquiétez pas, vos histoires seront toutes publiées… mais ça demande beaucoup de boulot… Certaines savent ce que je réserve pour la suite ici et ça demande du taf, donc je vois vos messages, y a aucun problème, mais c’est un tel investissement pour vous, qu’il est hors de question que je vous réponde entre 2 tafs, si je vous réponds, c’est que j’ai du temps à vous consacrer, car vous faites l’effort de me transmettre des histoires personnelles, parfois difficiles, je ne peux pas me permettre de vous dire, « ok j’ai 5 minutes pour toi, hey, parlons-en »…
Je note tous vos messages comme important, sur Insta, sur Facebook sur mon mail, donc ils sont toujours en haut de la liste, et je les traite par ordre d’arriver.
Merci à toutes du fond du cœur… je vous kiff
(plus ça va… plus mes introductions sont longues … )
Il est rare que les histoires, que je vous raconte ici, soient récentes.
Souvent quand une femme décide de se faire encrer la peau par rapport à un événement, ou une partie de son passé, il faut que celui-ci soit pour être encaissé… Donc une fois encore… On va remonter dans le passé…
Cette fois-ci, on est dans les années collège de Marianne.
Cette histoire va concerner beaucoup de monde.
Parce qu’en plus d’en entendre parler tous les ans, dans les JT, sur les réseaux sociaux… C’est un vrai sujet d’actualité qui peut briser de nombreuses vies de jeunes…
Marianne est au collège, elle doit déjà jongler avec une vie personnelle tumultueuse.
Enfant de parents divorcés, elle décide d’aller vivre chez son papa, et son grand frère chez sa maman, avec ses demis petits frères.
Banale, sûrement ce que nous pourrions dire… Oui peut-être…
Marianne sort à l’époque avec le beau gosse du lycée.
Un grand basketteur, qui passe tous les jours la prendre à la sortie du collège.
Les moments heureux et rassurants de sa journée.
Mais des tensions se font ressentir dans le collège et arrivent même à effacer ces petits moments de bonheur.
Disputes d’ados, on réfléchit pas, on veut se venger, à cet âge la moindre petite chose prend beaucoup d’importance, on se sent vite blessé, nos sentiments à fleur de peau… On agit de manière totalement irréfléchie … et c’est là que les choses dérapent…
19-04-07-16-32-09-142_deco
Le numéro de Marianne finit sur les murs des toilettes avec une description qui ne manquait pas d’imagination (digne de Victor Hugo)…
« Suce gratuitement » …
Encore une fois… Banale, on l’entend tous les ans.
Mais… c’est bien beau de savoir que ça arrive… Mais qu’est-ce qui arrive vraiment du côté des victimes ? Qu’est-ce qui se passe dans leurs têtes ?
Marianne le sait…
Son téléphone sonnait à toute heure, du jour ou de la nuit…
Cette jeune fille a été le bouc émissaire d’une petite bande de cons.
Les problèmes ne faisant que s’amplifier au fur et à mesure des jours.
Le harcèlement n’en finissait plus …
Les insultes, se sentir rabaissée, se réveiller chaque matin avec cette boule au ventre et ne jamais réussir à être bien !
Marianne a pu compter sur son père durant cette période.
Il a fait le nécessaire pour qu’elle change du numéro…
Mais avec tout ça … Autre chose travaillait cette adolescente… Quelque chose qu’elle cachait, et qu’elle a fini par avouer à celui qui avait toujours été là pour elle…
Marianne s’était découverte…
Elle était bisexuelle.
Une étape, encore, dans sa vie qui a été un poids et duquel elle s’est libérée en l’avouant à son père.
Une période de sa vie tourmentée.
Tourmentée par des individus, qui malheureusement, par notre société actuelle ne vive plus la vie comme elle devrait l’être.
Banalise des faits qui sont pourtant graves.
Vive leurs vies à travers des réseaux sociaux, qui coupent totalement leurs manières d’analyser, de regarder, de parler, de se comporter.
Non ! Ce ne sont pas que des disputes d’enfants !
Non ! Il ne faut pas regarder de loin, sous prétexte de passer pour des adultes qui surprotègent leurs gamins !
Ce comportement peut détruire une future vie d’adulte !
Marianne fait partie des jeunes qui se sont sorties de tout ça et qui arrivent aujourd’hui, une fois adultes, à en parler. Une force de caractère qui l’a aidée à devenir la femme forte, et la future maman d’un (bientôt) magnifique petit ange
Mais qui aurait envie de voir son enfant être ainsi victime… Ou être bourreau ?
À sa majorité, Marianne a décidé de tourner définitivement la page de ces années collège.
article 5 marianne
La clé représente pour elle, cette porte qu’elle a refermée.
article 5 marianne (ter)
article 5 marianne (bis)
Le ruban, représente les liens du sang… Les liens qu’elle n’a pas eus comme elle aurait désiré avec ses frères, dont les initiales sont « cachées » sur le tattoo…
La plume avec ce choix de couleur… À la symbolique de représenter sa bisexualité.
La légèreté de l’assumer totalement, et les magnifiques couleurs… De ce drapeau que nous connaissons tous…  
Marianne a toujours baigné dans le monde du tatouage.
Des, petite sa maman l’amenait avec elle et son grand frère, dans le shop ou elle se faisait tatouer.
Ils se connaissaient tous tellement bien, qu’elle se sentait chez elle… Chez son tonton.
C’était pour elle son moyen d’expression le plus naturel et le plus logique pour parler et refermer cette douleur.

 

Aujourd’hui, elle attend la venue d’une petite merveille… Et a stoppé le recouvrement de son corps d’œuvre pour la bonne cause…
Je te souhaite, ma belle… Le plus merveilleux de tous les bonheurs, avec ton homme et ton bébé.
Je te remercie de m’avoir ouvert ton cœur et révélé une partie de vie
On continue de temps en temps à discuter de tous et de rien.
Elle est une femme admirable avec qui j’aime échanger. J’ai hâte de découvrir ses autres œuvres (sachant que sa jambe est quasiment recouverte)
Encore merci à toi de ta confiance
Voilà, M’ssieurs – Dames, encore une histoire qui s’achève dans le positif !
Et ça … ? (ouais tu kiff on sait tu le dis tout le temps… ) (arf vous me connaissez déjà trop) -> Oui je me fais des monologues… Faut bien laisser la trentaine de minis moi dans ma tête s’exprimer…
D’autres articles sont déjà en préparation, mais Mesdames, je suis toujours dispo pour vous écouter, échanger avec vous, et je serai ravie que vous puissiez faire partie de l’aventure.
Je vous souhaite un bon dimanche… Soyez pas trop dégoûtés… Demain c’est Lundi
Bonne soirée les Loulous  Kisses !
(Remerciement : Pour cet article, je tenais à remercier Marianne pour son histoire, la page les_jolie_françaises_tatouées , vous tous qui prenez le temps de lire, de liker, de commenter, de partager, d’en parler bref… I love you everybody  )

 

2 commentaires sur “Enfant e’s’t bourreau…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s